• Lisa - La Plume à la Main

Le pourquoi du comment

Dernière mise à jour : 14 juin


Lorsque j'étais enfant, je n'aimais pas l'école.

Je préférais la chaleur de ma couverture et le moelleux de mon matelas dans lesquels j'aimais tant me lover.

Me rendre en classe était un véritable supplice. J'inventais toutes sortes d'excuses plus farfelues les unes que les autres pour ne pas y aller. Je prétextais des maux divers, j'exagérais des incapacités.

Cela fonctionnait, de temps en temps, lorsque mes larmes de crocodile heurtaient le cœur de mes parents.

Si je n'aimais pas l'école, c'est parce que je n'y trouvais pas ma place. Je n'y voyais pas d'intérêt.


Un jour, en CM1, mon maître a su attirer mon attention. Il avait décidé de mettre en place un journal de la classe dont il fallait frapper les articles sur l'ordinateur.


Chaque semaine, deux élèves pouvaient se porter volontaires pour la tenue de ce journal de classe. Autant vous dire que j'étais volontaire jusqu'à la fin de l'année scolaire.


C'est notamment lors de la rédaction d'un petit texte sur l'importance de l'eau et de sa sauvegarde que mon amour des mots est né. Je me souviens avoir tant aimé manipuler mon texte, manier les phrases, trouver une phrase d'accroche digne des meilleurs écrivains. "Une goutte d'eau, c'est de la vie en plus". Magnifique, n'est-ce pas ? J'en ris encore aujourd'hui. J'étais si fière de moi, si fière d'avoir créé mon premier slogan, mon premier titre. Tellement fière que j'ai conservé ce sentiment avec moi toutes ces années.


Après cela, l'école était plus tolérable. Je m'intéressais au français, bien évidemment, mais également aux langues étrangères. J'y ai appris l'anglais, l'espagnol et l'italien. En revanche, il y a une langue que je n'ai jamais comprise : celle des (a + b)² = a² + 2ab + b².


Mes professeurs disaient de ma plume qu'elle était belle. Ils disaient de mes textes qu'ils étaient bien construits. Ils disaient de mes écrits qu'ils étaient pertinents et sensés. Tous ces encouragements m'ont poussés à donner le meilleur de moi-même et à écrire de plus belle.


Il fallut attendre le lycée avant que je n'ouvre mon premier blog. C'était Skyblog à l'époque. Tout le monde en avait un.

Je trépignais d'impatience de rentrer chez moi le soir pour l'alimenter de textes très abstraits et de photographies en noir et blanc. J'y notais mes émotions, mes sentiments et mes expériences au travers de messages codés et autres métaphores mal amenées. L'écriture n'était plus, à ce stade, un simple loisir mais bel et bien une nécessité.


Je devais écrire. Des poèmes, des chansons, des nouvelles… La forme importait peu, finalement.

J'ai tenu ce blog jusqu'à la fin du lycée. Puis, un évènement brutal et douloureux a changé ma vie au lendemain de l'obtention de mon baccalauréat.


Mes plans de carrière étaient mis à mal et ma santé était affaiblie. Des années durant, l'écriture était mon exutoire, ma soupape de sécurité. Je romançais ma vie pour mieux l'appréhender. C'est alors que j'ai écrit un roman, personnel et non publié, qui relatait mon vécu. Les centaines de pages pansaient mes blessures et m'amenaient vers le chemin de la guérison.

Dès lors, j'étais capable de prendre une décision radicale, celle de changer de voie pour enfin vivre de ma passion.


J'entendais dans mes oreilles M. Jovi s'écrier :


"It's my life, it's now or never. But I ain't gonna live forever. I juste wanna live while I'm alive".

Et il a bien raison, Bon Jovi. On ne vit qu'une fois.


J'ai fait le pari de me réinventer totalement et de façonner mon métier à ma façon.


L'entreprenariat était, à mon sens, la meilleure manière de m'épanouir entièrement. C'était le statut qui me permettait de proposer des prestations que je maîtrise parfaitement et qui, de surcroît, me plaisent !


J'ai donc réfléchi mon projet pendant quelques mois, jusqu'au jour où je me suis enfin lancée pour créer La Plume à la Main.


Aujourd'hui, je suis fière de vous prêter ma plume et de raconter votre histoire.


Voilà. Vous savez tout - ou presque.


Ce billet vous a plu ? Alors n'hésitez pas à laisser un commentaire ou à me donner votre avis ici !


Amicalement,


Lisa.

8 vues0 commentaire